Comment améliorer votre digestion cet hiver ?

La digestion c’est quoi ?

La santé digestive est primordiale quel que soit l’âge. Elle permet de prévenir de nombreuses pathologies et de préserver un état de santé et de bien-être optimal. Mode de transformation mécanique et chimique des aliments en nutriments par l’organisme, la digestion est une clef de voûte de la santé de toute la famille.

Santé digestive : la digestion est importante

La définition de la digestion consiste en la transformation mécanique et biochimique des aliments en substances, dissoutes ou émulsionnées dans l’eau, de faible poids moléculaire, appelés aussi nutriments, susceptibles d’être absorbés par un organisme humain et par tout organisme vivant.

La digestion commence par la mastication par les dents des aliments qui sont humectés par la salive. La salive sécrétée par les glandes dites salivaires contient une enzyme, la ptyaline qui est une amylase salivaire transformant l’amidon en maltose et son Ph varie un peu selon les saisons, elle est un peu plus acide en hiver (chez les ruraux : Ph été 7,47, Ph hiver 7,18 et chez les urbains  Ph été 7,23, Ph hiver 7,07).

La digestion se poursuit par l’action de l’estomac, l’action de l’intestin grêle, de la bile sécrétée par le foie et de l’action enzymatique du pancréas qui influent sur la digestion des graisses dans l’intestin grêle. Ceci avant de passer dans le sang et du colon où agissent les bactéries commensales nous protégeant des germes pathogènes (probiotiques) et le reste forme les selles.

La digestion dans une journée

La chrono-digestion correspond à la suivie de la digestion à l’horaire suivi pour s’alimenter, chacun portant un nom différent : petit déjeuner, déjeuner, diner ou souper. Les enfants ont aussi un gouter à quatre heures. Les Anglais ont le five o’clock tea (rituel incontournable en Grande-Bretagne pour l’heure du thé).

La digestion saisonnière

En effet on ne mange pas la même chose selon les saisons. En France, il y a quatre saisons et l’agriculture propose des aliments différents pour nos repas en fonction de notre plaisir, parfois appelé pêché mignon et de nos besoins énergétiques.

La digestion hivernale

En hiver, nos besoins physiologiques changent et notre adaptation au froid se fait en mangeant plus gras. En effet, la digestion des aliments gras procure davantage de chaleur par unité de poids – 1 g d’huile d’olive libère 8,99 kilocalories, comparée à un gramme de sucre (saccharose) qui n’en libère que 4 kilocalories.

Modification du métabolisme hivernal
L’activité physique est indispensable pour la santé digestive, même en hiver.

Modification du métabolisme hivernal

Le métabolisme de base ou métabolisme au repos correspond à l’énergie au repos dans un air calme à 29°C. Assis, une personne moyenne (70 kg et 1,70m) a un métabolisme basal de 106 Watts, dans un air à 19°C, après acclimatation, le métabolisme basal, assis, augmente de 10%.

La digestion des aliments gras nécessite l’action de la bile qui agit lentement. Notez toutefois que si votre corps a très froid, votre organisme pressé de puiser cette énergie, va effectuer cette digestion rapidement mais de façon incomplète et vous irez vite à la selle ! Les soldats de Napoléon en étaient tout surpris par ce phénomène lors de la conquête de la Russie.

Donc, pour nous, le choix se porte plutôt sur les aliments chauds, onctueux, cuits, additionnés de boissons chaudes telles que des soupes. Mais, ce faisant, vous risquez de perdre les vitamines si sensibles en général aux températures élevées, notamment la vitamine C et vous vous sentirez fatigué. C’est pourquoi, une cuisson à la vapeur est meilleure, elle épargne les pertes de vitamines tout en étant plus rapide.

Risque de maladies hivernales

Par ailleurs, en période hivernale, pour rester en bonne santé, vos défenses immunitaires doivent être stimulées pour résister aux virus, bactéries qui vous agressent. Ceci implique une hygiène méticuleuse des mains : on se lavera les mains avant d’aller à table ! Ce n’est pas tout, pour assurer une bonne digestion, il faut des oligoéléments dans votre régime alimentaire tels que fer, zinc, sélénium et des vitamines telles que vitamine C, vitamine D et forcer sur les vitamines B complexes – C’est à dire ne pas oublier les légumes et les fruits et se souvenir que le manque de soleil entraine une moindre quantité de vitamine D et donc une fragilité par rapport aux maladies hivernales.

Nous vous recommandons deux compléments alimentaires disponibles sur le site de vente en ligne de Wellsanté

  • « Multivitamines et minéraux naturels » pour les vitamines : A, B1, B2, B3, B5, B6, B8, B9, B12, C, D, E, et pour les minéraux : Calcium, Magnésium, Fer, Cuivre, Sélénium, Manganèse et Zinc.
Vitamines bio
Multi-vitamines Isonutris chez Wellsanté
Antioxidant bio
Anti radical Antioxydant Isonutris chez Wellsanté

Sommeil hivernal et digestion

Sommeil hivernal et digestion

Le sommeil est aussi dans votre digestion. En effet, le rythme sommeil/veille dépend de la concentration sanguine de la mélatonine. Or, la mélatonine est synthétisée à partir de la sérotonine, elle-même résultant du tryptophane, un acide aminé.

Manger des aliments riches en tryptophane induit donc le sommeil lorsqu’ils sont pris une heure et demie avant d’aller se coucher. En hiver, on se couche plus tôt et on attend la lumière du jour pour se lever. In fine, on dort plus longtemps et comme les repas sont plus caloriques, notre poids augmente.

Repas de fêtes

Repas de fêtes en hiver et perturbation du sommeil

Pendant ces repas de fêtes, on fait bombance et le sommeil qui suit la digestion du souper trop copieux est perturbé. Pour aider votre digestion, nous vous conseillons de prendre du curcuma de préférence bio avant vos repas.

Pour le cas où vous préférez l’action de fruits, nous vous conseillons donc notre mélange de baies K2 stimulant le foie et les reins pour son action détox et/ou notre autre mélange K4 qui participe à la stimulation et à la bonne régulation de l’appareil digestif.

La consultation chez le généraliste grimpera à 25 euros l'année prochaine

Les Enzymes digestives

Explications


Dans le cas où l’action des aides indiquées ci-dessus s’avère insuffisante et que votre digestion reste lourde, lente et difficile, il est toujours possible d’en améliorer l’efficience avec une supplémentation en enzymes digestives.

Ce sont des catalyseurs biologiques produits par le pancréas, l’intestin, la langue, les glandes salivaires et l’estomac qui interviennent dans le processus biochimique de la digestion, activés par l’acide chlorhydrique dans l’estomac et la bile dans l’intestin pour les mettre à un Ph optimal.

Ils agissent sur les molécules complexes des aliments (protéines, lipides, sucres) en les transformant en molécules plus simples, et plus digestes (acides aminés, acides gras, glucose). Les enzymes digestives protéolytiques dégradent les protéines et les transforment en acides aminés pour être absorbé par le corps, et ainsi les lipolytiques transforment les gras et l’amylase les sucres.

Avec l’âge qui avance ou à cause de certaines maladies nous souffrons parfois d’un manque d’enzymes protéolytiques, les protéines non digérées atteignent le côlon où ils passent par un processus de décomposition et peuvent causer des problèmes digestifs (par ex. ballonnements, formation de gaz, diarrhée).

Une enzyme digestive, la pancréatine est obtenue à partir du pancréas de porc. Il comprend les trois enzymes pancréatiques : amylase, lipase, et protéase.

La pancréatine à une action sur la dissolution de la graisse et la formation d’excréta, qui sont formés dans l’organisme lors d’une digestion incomplète. Elle participe en partie ainsi au nettoyage du corps.

  • La papaïne est une enzyme dérivée d’un fruit d’une plante tropicale « la papaye », Cette enzyme est responsable de la fragmentation des protéines en acides aminés et en oligopeptides. La papaïne est utile dans la maladie cœliaque et aussi en cas de diarrhée chronique. Elle a un effet apaisant sur la muqueuse de l’estomac et est préconisée dans le traitement des maladies digestives, par exemple dans le cas de l’inflammation, l’œdème, pour l’ulcère de l’estomac, les ballonnements etc. La papaïne possède des caractéristiques similaires à celles de la pepsine et des enzymes chymotrypsines.
  • La trypsine produite également par le pancréas, est protéolytique, et agit sur la fragmentation et augmente la capacité d’absorption des protéines dans l’intestin. Elle possède des effets anticancéreux et anti-inflammatoires. Elle agit au mieux dans un environnement légèrement alcalin dû à la bile, et contribue au processus de digestion et à la purification de l’ensemble de l’organisme. Elle a un excellent effet antioxydant.
  • La chymotrypsine aussi produite par le pancréas est également protéolytique avec des propriétés similaires aux celles de la trypsine, elle ne diffère que dans le lieu de la fragmentation de la protéine. Pour son fonctionnement elle a besoin de la trypsine.
  • La bromélaïne est une enzyme protéolytique, dérivée du fruit de l’ananas. Il fragmente les protéines. C’est un excellent élément pour traiter certains troubles gastro-intestinaux, tels que les brûlures d’estomac, ballonnements, vomissements, constipation, diarrhée. La bromélaïne à une action contre les gonflements, et la douleur causée par l’arthrite. Avec son effet anti-inflammatoire, elle est utilisée pour soulager les inflammations du type arthrite rhumatismale. La bromélaïne est utilisée dans les régimes minceurs, car elle a la capacité de métaboliser la graisse stockée dans l’organisme.
  • La lipase, aussi produite dans le pancréas est une enzyme lipolytique, qui décompose les graisses en glycérine et en acides gras, qui traversent la paroi intestinale pour arriver in fine dans le sang et dans le foie, où elles sont décomposées par la suite. La lipase est l’enzyme lipolytique principale dans l’organisme humain. Une lipase sécrétée par la langue amorce l’action de la lipase pancréatique en hydrolysant les triglycérides et les lipides en acides gras et monoglycérides. Elle régule la quantité de graisse dans le corps.
  • L’amylase a est une enzyme digestive classée comme saccharidase, une enzyme qui brise les polysaccharides. Elle est produite par le pancréas et se trouve aussi dans la salive, nécessaire pour le catabolisme des glucides à longue chaîne comme l’amidon en unités de molécules plus petites. L’amylase est également synthétisée dans de nombreuses espèces de fruits pendant leur maturation, ce qui les rend plus sucrés, et aussi durant la germination des grains de céréales. Elle joue un rôle essentiel dans l’amylolyse (ou hydrolyse) de l’amidon de malt d’orge, processus nécessaire à la fabrication de la bière, ainsi que dans l’hydrolyse du glycogène, permettant sa transformation en glucose.
  • Les protéases, les lipases et les amylases contribuent à mieux digérer les aliments grâce à une activité digestive plus globale et complémentaire.
  • L’enzyme cellulase chez les animaux (les ruminants) fragmente les fibres végétales en glucose et à une action optimale pour une valeur de pH compris entre 3 et 7.
  • La lactase fragmente le sucre de lait (lactose) en sucre simple, glucose et galactose, et agit dans une valeur de pH compris entre 4 à 8.

Cette action des enzymes du pancréas, est soutenue et complétée par l’action des enzymes produites par l’intestin grêle : maltase, saccharase, lactase, aminopeptidase, dipeptidase et nucléosidase et phosphatases.

  • La maltase permet de transformer le maltose en glucose.
  • La saccharase transforme le saccharose en glucose et fructose.
  • L’aminopeptidase coupe les peptides en peptides plus petits.
  • La dipeptidase coupe les dipeptides en acides aminés.
  • La nucléosidase et phosphatases qui réduisent les nucléotides en bases azotées, pentose et phosphates.

Les enzymes ne possèdent pas d’interopérabilités et ne sont pas interchangeables. Chaque enzyme a un effet spécifique pour un aliment donné. Les enzymes sont thermosensibles peuvent être détruites par une chaleur excessive. Elles peuvent perdre leurs capacités d’action quand la valeur du pH n’est pas optimale. Pour la plupart des enzymes, la valeur de pH appropriée est comprise entre 6,00 et 8,00.

En outre, nous vous conseillons aussi d’éviter les aliments suivants :

  • Aliments très ou trop épicés,
  • Boissons et aliments froids,
  • Crackers, chips, Salsa, Snacking, Remplacer par des fruits secs naturels et noix
  • N’abusez pas la consommation d’aliments à forte concentration en amidon,
  • Tous les aliments frits dans l’huile,
  • Le steak frites surtout pas le soir ! (Trop de graisses saturées)
  • Plats préparés industriels avec des additifs et un excès de sel rendent la digestion difficile et fatigante.
  • Plats réchauffés au micro-ondes qui modifient la structure moléculaire des aliments entrainant une réaction inflammatoire (immunitaire) fatigante pour le corps et qui ralentit la digestion.
  • Les bananes surtout le soir,
  • Pain blanc et riz blanc le soir (sauf le riz basmati)
  • Pâtisseries et sucreries
  • Le café le soir
  • Les margarines, les huiles dénaturées (huiles raffinées ou de friture). Huile de Colza, de palme ou de tournesol peuvent devenir toxiques quand elles sont chauffées à haute température par oxydation
  • Produits laitiers, fromage et yaourt le soir
  • Évitez de manger trop gras et trop sucré.
  • Et pour faciliter votre digestion, prenez votre diner au moins deux heures avant d’aller vous coucher.

Si cette situation persiste malgré tout, consultez d’urgence votre médecin.

Time Restricted Feeding

Émotion hivernale et digestion


Il est bien connu que pour une digestion calme, il est souhaitable d’être calme et posé et de s’entourer de préférence la famille ou des amis en mangeant ensemble pour être dans un environnement agréable. Mais, pour certains, le manque de soleil engendre une déprime saisonnière que l’on peut combattre par la luminothérapie en l’absence du soleil et cela influe sur la digestion, moins harmonieuse qu’en été. La digestion est sous l’influence nerveuse du sympathique.

Sympathique : ensemble des nerfs constitués du système parasympathique dont l’action générale consiste à calmer et le système orthosympathique dont la fonction exerce une mise en état d’alerte et prépare l’action. Le sympathique, dépendant de nos émotions, régule la respiration, la digestion, le cœur et la circulation sanguine et les excrétions.

Avant de courir à la pharmacie de garde pour pallier une mauvaise digestion hivernale, sachez que les traitements naturels peuvent être très efficaces, consommez :

  • du radis noir pour désengorger votre foie
  • de l’artichaut pour faciliter la digestion des graisses provoquant une stimulation de la production de bile
  • du réglisse contre les brulures d’estomac
  • de la mélisse pour digérer et calmer les spasmes
  • de l’anis étoilé contre les ballonnements
  • du curcuma pour faciliter la digestion et éviter toutes les inflammations

Corrélation entre l’heure à quelle vous prenez votre diner et la prise de poids

Une étude américaine démontre qu’il vaut mieux prendre son diner beaucoup plus tôt d’habitude afin de favoriser l’élimination des graisses la nuit.

Cette étude préconise de remplacer le goûter par votre vrai dîner !

Cette recommandation est émise par des chercheurs de l’université de l’Alabama aux États-Unis. Lors de la conférence contre l’Obésité du 31 octobre au 4 novembre 2016, ils ont révélé les résultats d’une étude démontrant que prendre son dîner en milieu d’après-midi vous permettrait de garder une meilleure silhouette ou de l’améliorer significativement.

Prendre son dernier repas très tôt permettrait de jeûner au moins 15 heures jusqu’au petit-déjeuner du lendemain permettant à votre métabolisme d’agir sans encombrement supplémentaire et ainsi permettre au corps de brûler plus de graisses. Ils appellent cette méthode, la méthode TRF ou Time Restricted Feeding soit une alimentation restreinte dans le temps.

En suivant cette méthode, les chercheurs américains soutiennent qu’une quantité plus importante de graisses et des protéines sont brûlées.

Deux groupes volontaires ont été crées par les chercheurs dont certains avec un IMC dans la moyenne, d’autres en surpoids et d’autres en obésité. Ensuite tous les participants ont eu un régime alimentaire avec le même nombre de calories. Le premier groupe prenait deux repas par jour : un à 8 heures et l’autre à 20 heures. Le deuxième groupe prenait un repas à 8 heures et le deuxième à 14 heures (Méthode TRF).

Les chercheurs ont remarqué les mêmes dépenses énergétiques pour tous après analyse. En revanche, les graisses et les protéines en phase d’oxydation ont augmenté au cours de la nuit pour ceux du deuxième groupe qui ont été soumis à la méthode TRF. Cerise sur le gâteau : cela permettrait, selon les chercheurs, de limiter la faim et les écarts au cours de la journée.

Enzymes de la digestion au complet
Enzymes de la digestion au complet
Cliquez sur l’image pour visualiser le tableau des Enzymes de la digestion au format PDF.

© Novembre 2016 Génius Santé

Laisser votre commentaire sur le blog santé geniussante.com

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s